Démontage du réservoir

Publié le par Santeri

Aujourd'hui, il fait beau, c'est le printemps, saisi d'un enthousiasme fébrile, je me lance pour une 23e tentative de redémarrage de mon KR51/2L. Je démonte donc le carburateur, qui constitue le suspect numéro 1. Le carbu est rempli d'essence. Comme je suis à la fois pingre et écolo, je décide de la vider dans le réservoir. Et soudain, c'est le drame !

 

En inclinant le carbu pour vidanger l'essence par le trou de trop-plein, je fais tomber la vis de ralenti en plein dans le réservoir !

 

DSCF6537

 

Je vois la vis au fond du réservoir et je tente pendant plus d'une demi-heure de la récupérer avec un long tournevis puis une canne aimantée. C'est peine perdue, la vis est en laiton, elle se moque bien de mon aimant. Il ne reste plus qu'une solution, démonter le réservoir.

 

Pour accéder au réservoir, il faut enlever la coque arrière et la banquette. On commence par la banquette en ôtant les deux vis de 10 qui la maintiennent. Ces deux vis sont celles identifiées par les cercles rouges ci-dessous. Une fois la banquette ôtée, on peut enlever la coque. Pour cela, il faut enlever cinq vis, un vis de 13, indiquée par le cercle vert, et quatre vis de 10, indiquées par les cercles jaunes (évidemment, je ne peux en montrer que deux sur la photo car les deux autres sont de l'autre côté).

 

 

 

DSCF6539

 

On retire également les cale-pieds, qui tenaient avec les vis de 10.

 

DSCF6540

 

 On n'oublie pas de débrancher les trois fils du domino qui partent vers le feu arrière. On peut alors enlever la coque arrière. Une fois la coque enlevée, on peut ôter les deux vis de 10 qui maintiennent le réservoir. Prévoyez une deuxième clé plate de 10 pour maintenir l'écrou au-dessous.

 

DSCF6544

 

 Et voilà, le réservoir est enlevé.

 

DSCF6545

 

 J'enlève le bouchon et je retourne le réservoir pour faire venir la vis perdue.

 

DSCF6549

 

 Qu'est-ce qu'il ne faut pas faire pour récupérer sa vis de ralenti ! Il ne reste maintenant plus qu'à tout remonter...

 

 

 

Commenter cet article